31/10/2010

la fête de la TOUSSAINT en Equateur

 

Toussaint et fête des morts

 

 La Toussaint (día de todos los santos) et la fête des morts (día de los difuntos) conservent une énorme importance. Pour vous en rendre compte, allez donc visiter Calderón, Ambato ou n’importe quel autre cimetière indien du pays. Vous comprendrez que les morts restent présents dans la vie quotidienne.
Les esprits des morts sont invités à revenir dans le monde des vivants pour une célébration consacrée à leurs vies. Les gens passent souvent la journée et une partie de la nuit dans le cimetière, nettoyant et décorant les tombes familiales de couronnes de fleurs. On y mange également les différentes spécialités préparées par les femmes, les enfants jouent au milieu de toutes ces tombes sur le son des guitares.

Fleurs de la Toussaint_m.jpg

 

Comme beaucoup d’autres fêtes religieuses, la Toussaint a des origines païennes. Dans la nuit de samedi à dimanche, on passera à l’heure d’hiver; ce n’est pas un hasard. La fête des morts marque, en effet, le passage vers l’hiver. Comme au temps des Celtes, quand l’année se composait de deux saisons seulement, été et hiver. On fêtait alors Samain (qui signifie "fin de l’été" en irlandais), le nouvel an celte. On rendait hommage aux ancêtres en ouvrant leurs tombes afin de rendre possible la communication entre morts et vivants. Il faut attendre 835 pour que le roi français Louis le Pieux transforme, avec l’accord du pape Grégoire IV, cette coutume en une fête chrétienne mettant les saints à l’honneur. Mais la superstition populaire reprendra bientôt le pas, et on instituera la fête des morts le lendemain.

 

En Bretagne, le jour des morts, on mangeait autrefois les crêpes des trépassés, à base de lait caillé et de cidre. En Corse, on continue de consommer le plus de châtaignes possible, afin de délivrer autant d’âmes du Purgatoire. On a aussi l’habitude de laisser des châtaignes ainsi que du lait sur les rebords de fenêtres en offrande aux morts qui reviennent, affamés, sur les lieux où ils ont vécu. Enfin, à Bastia, on prépare la salviata, gâteau en forme de S à la liqueur d’anis et saupoudré de sucre glace que l’on partage en famille, entre amis ou voisins. Mais bien d’autres régions françaises possèdent leurs propres spécialités liées à la Toussaint : niflettes de Provins en Seine-et-Marne, pâté aux poires de Fisée de la Toussaint en Normandie

Chez nous, du côté de Liège, on prépare les gaufres de la Toussaint (cf. recette). Tandis qu’en Catalogne, le temps est aux pannelets, des petits gâteaux élaborés avec de la poudre d’amandes et de la purée de pommes de terre, souvent garnis de pignons de pin ou d’autres fruits secs. Côté italien, les traditions sont également nombreuses. On trouve, par exemple, la frutta martorana, sucrerie palermitaine proche du massepain façonnée en forme de fruits.

Lors de la fête des morts mexicaine, d’origine précolombienne, on dépose sur les tombes et les autels les plats préférés des morts, ainsi que de la tequila et des têtes de morts en sucre.

 

toussaint Mexique.jpg


 

On prépare aussi le pan de muertos, une brioche ronde symbolisant la tombe, la base du crâne et les os, ainsi que de nombreuses sucreries, dont la calabaza en tacha, une citrouille confite (cf. ci-dessous). Dans de nombreux autres pays d’Amérique centrale ou du Sud, très catholiques, la fête des morts donne lieu à des célébrations où le repas est dégusté directement sur les tombes. Ainsi, en Equateur, on mange des guagas de pan, des brioches en forme de bébés accompagnées de colada morada, une boisson à base d’ananas, de mûres et de myrtilles.

 

 

 

 

29/10/2010

le Jura:artisanat

Ma soeur en voyage à St Claude m'a rapporté ce dé ,qui reprend les activités locales:

travail du bois

les pipes de St Claude

la fabrication de diamants arificiels

 

n'est ce pas une idée géniale?

chats et dé 005.JPG


 

28/10/2010

cuisine de JURA :tartelette à la saucisse de Morteau et au Comté

 


Recette pour 4 personnes 

Ingrédients :
Pâte brisée : 
180 gr de farine 
90 gr de beurre 
50 cl d’eau 
1 pincée de sel 
1 pincée de sucre 

Garniture : 
1 petite saucisse fumée de Morteau 
250 gr de Comté fruité 
1 verre de vin blanc sec du Jura 
2 cuillères à soupe de crème fraîche 
sel, poivre 

Réalisez la pâte brisée et laissez-la raffermir au frais sous un film alimentaire. 
Pochez la saucisse de Morteau 30 mn dans l’eau frémissante à découvert, sans la piquer. 
Garnissez 4 tourtières de 10 cm de diamètre avec la pâte brisée et placez-les au réfrigérateur. 

Confectionnez une fondue : faites bouillir le vin blanc avec un peu de poivre, ajoutez 200 gr

 

 Comté fruité râpé ou coupé en petites lamelles, remuez doucement jusqu’à

 l’obtention d’un mélange fondant et homogène. 

Garnissez aussitôt les tartelettes de fondue, puis disposez en rosace la saucisse détaillée en tranches d’un demi centimètre d’épaisseur. 

 

Mélangez les 50 gr de Comté restant avec la crème fraîche et recouvrez-en les tartelettes.

 

Enfournez à four très chaud (240°C – Th.8) pendant 5 minutes, puis diminuez la température du four (210°C – Th.6) pendant 5 à 10 minutes jusqu’à l’obtention d’un gratiné. 

Servir chaud. 

 


                   tartelettes-fromage.jpg

 

 

 

EQUATEUR(ECUADOR) cuisine et boissons

 

Cuisine et boissons Équateur

Cuisine

Comme dans beaucoup de pays d’Amérique du Sud, on trouve

d’excellents produits (légumes, poissons, céréales), mais

rarement bien cuisinés et souvent gras, et une grande variété

de fruits et légumes. Sachez qu'il existe ici une douzaine

de variétés de bananes. Le maïs aussi présente un

nombre incroyable de variétés (et donc de goûts !).

Les soupes constituent un des points forts de la cuisine équatorienne.
La population se nourrit le plus souvent de riz ou de pommes de terre,

de viande et de poulet. Sur la côte, vous aurez l’occasion de manger

des crevettes, des calamars et des langostinas.

 

Quelques spécialités

Llapingachos : omelette de pommes de terre et de fromage.
Seco de gallina : sorte de pot-au-feu de poulet servi avec du riz. On le fait

aussi avec du bœuf.

Pollo à la brasa : poulet à la braise avec frites. Le vrai plat national !
Empanadas de queso : beignets au fromage.
Patacon : variété de banane grillée en rondelles, qui accompagne

souvent le poisson.
Ceviche : poisson ou crustacés marinés dans du citron. On en

trouve de toutes sortes : ceviche de corvina, de langostinos, de camarones

  ou de concha(coquillages). Les meilleurs se dégustent sur la côte et à Quito.
Sopas : certains restos servent d'excellentes soupes, très copieuses,

qui peuvent faire un repas. C’est le point fort de la cuisine équatorienne.

Une des meilleures est le locro : soupe de pommes de terre avec

avocat, fromage et graines de lupin.
Parrilladas : grillades assorties et servies sur un plat chauffant.

En général très copieux, et pas si cher.
Cuy : cochon d’Inde rôti. Un peu dur sous la dent.
Yuca : accompagne les plats dans l’Oriente, lorsque la pomme

de terre

se fait rare. Sa farine est très souvent employée dans la cuisine

traditionnelle.

Il faut goûter les Pan des Yuca, petites boules, souvent au fromage.

Boissons

Bière : Pilsener ou Club (cette dernière est un peu plus forte).

Très bon marché. 
- Les Indiens ont leur boisson ancestrale : la chicha, sorte de bière de

maïs, faiblement alcoolisée. Le maïs, fermenté, macère avec des fruits

pendant 2 à 6 jours, jusqu'à 20°. La chicha de maïs se boit uniquement

pendant les fêtes. Il existe aussi une chicha faite avec du manioc,

que les Indigènes de l'Oriente boivent à longueur de journée.

Nous l'avons testée pour vous. Honnêtement, on aurait préféré

s'en passer, mais les Indiens se vexent si l'on n'accepte pas

cette boisson lorsque l'on est invité chez eux. C'est très impoli.

La chicha a un goût aigre, ressemble à du yaourt dilué. 
- Nombreux jus de fruits excellents. Bien préciser sin agua (sans eau)

et sin hielo (sans glaçon).
Colada morada : cette boisson est servie uniquement à la Toussaint

avec des petites poupées en frangipane (attention, c'est seulement pour

la déco !). Mûres, myrtilles et framboises sont les ingrédients de base.

Ça se sert froid. Délicieux.
Spirito del Ecuador : la bouteille de cette liqueur du pays représente

le monument de la Mitad del Mundo, vous ne pouvez donc pas la louper !

Le goût très sec est celui de l'amande amère.
Eau : Il n’existe pas d’eau minérale mais seulement de l’eau purifiée.

Attention à bien analyser la bouteille, même capsulée : le plastique

peut avoir été falsifié !

Rhum : vous connaissez, non ?

 Le petit déjeuner traditionnel des gens de la région côtière

est , accompagné d’une grande tasse de café noir et d’un

jus de fruits très frais, une sorte de grosse balle de tennis

de couleur jaune, un “bolón de verde”.

 

En fait, cette boule se compose principalement de banane.

Mais pas n’importe quelle banane. Rappelons-nous que

la banane est le deuxième produit d’exportation de

l’Equateur et aussi l’une des principales denrées alimentaires

de la côte. L’appellation banane désigne de nombreuses

variétés de ce fruit. Pour le “bolón”, le type de banane

utilisé est le “verde”, c’est-à-dire la banane plantain verte

à la peau épaisse, de taille beaucoup plus grande que la

banane que nous connaissons en Europe. Cette variété

doit être cuite pour être comestible. Les “bolones” sont

fourrés avec du fromage frais, de la viande ou

encore des “chicharrones”, c’est-à-dire des morceaux

choisis de viande de porc frite.

Recette pour 4 personnes :
3 bananes plantain vertes (en Europe, on en trouve en

provenance d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud)
du fromage frais type Mozarella en petits morceaux ou râpé
1 cuillérée de beurre doux
de l’huile pour friture
Sel

Préparation :
Enlever tout d’abord la peau des bananes plantains.

Cuire deux d’entre elles dans de l’eau salée en ébullition

jusqu’à ce qu’elles deviennent tendres (à la cocotte minute,

cela durera environ 10 à 15 minutes). Les sortir de l’eau

et les égoutter. Les écraser ensuite (en Equateur, on utilise

un grand galet rond, on peut aussi utiliser par exemple

un pilon à pomme de terre…) jusqu’à ce qu’une pâte

homogène soit obtenue. Râper finement la 3ème banane

plantain crue et la mélanger à cette pâte de banane avec

le sel et le beurre doux. Pétrir la pâte obtenue. Si elle est

trop sèche, on peut éventuellement la ramollir avec un peu

de lait.

Former ensuite avec les mains des boules de la taille

d’une grosse balle de tennis, faire un petit trou dans

la boule et y insérer quelques morceaux de Mozarella.

Refermer soigneusement la boule avec la Mozarella au milieu.

Il existe maintenant deux variantes à la recette :
1. Poser les “bolones” sur une tôle de cuisson enduite avec

de la matière grasse et cuire au four à basse température.
2. frire les “bolones” sur tous les côtés dans une poêle

jusqu’à ce qu’ils deviennent dorés.

En Equateur le “bolón de verde” se déguste avec une tasse

de café. Avec ce plat, qui est en outre très savoureux,

on commence vraiment bien la journée, parés pour

réaliser toutes sortes d’activités intenses

bolon verde.jpg

 

 

 

26/10/2010

recette de poisson (pour les enfants qui n'aiment que les bâtonnets panés cuits à la friture)

 

INGREDIENTS

600 gr poisson blanc (colin,...)

1 kg pommes de terre farineuses

2 oignons blancs

persil

1 oeuf

2 c à s beurre

1  court-bouillon en cube ou en infusette 

huile (d'olive de préférence)

 

PROCEDE

cuire le poisson 15 minutes au court-bouillon

cuire les pommes de terre dans leur pelure (plus savoureux)

égouter le poisson et le réduire en purée à la fourchette

peler les pommes de terre légèrement refroidies

les réduire en purée,y ajouter le poisson écrasé ,le beurre, le persil haché et l'oignon haché menu

prendre des portions de ce mélange et en faire des petites galettes

faire chauffer l'huile dans une poêle et y cuire les galettes  minutes sur chaque face

servir avec une salade verte ou des tomates,et une sauce hollandaise ou tartare

 

 

galettes de pommes de terre.jpg

 

 

20:06 Écrit par mamieguette dans cuisine,recettes et traditions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/10/2010

recette du lapin (à ma façon)...

nos lapins devenant un peu trop nombreux,il a bien fallut se résoudre à diminuer leur nombre...


ingrédients:

un beau lapin coupé en morceaux

de l'huile d'olive vierge

un gros oignon (ou 2 petits)

250 gr lardons fumés

500 gr champignons de Paris en lamelles

1 verre de vin blanc sec (mais fruité,genre Picpoul )

1 bouillon cube pour légumes

1 brique de crème fraîche

lapin aux champignons.jpg

 

persil

 

procédé

faire fondre les oignons coupés fins,dans une cocotte avec 2 c.à soupe d'huile d'olive

ajouter les lardons et faire dorer

retirer lardons et oignons et mettre de côté

ajouter 1 c à s d'huile

faire dorer tous les morceaux de lapin

remettre les oignons et lardons

émietter le cube de bouillon dans le cocotte

mouiller avec le vin blanc

ajouter les champignons en lamelles

couvrir

laisser mijoter à feu doux pendant 1h30 à 2 h suivant la grosseur du lapin

disposer les morceaux de lapin sur un plat de service

lier la sauce avec 1 dl de crème fraîche

vérifier l'assaisonnement

napper le lapin de cette sauce aux champignons

saupoudrer de persil haché

 

servir avec des pommes de terre nature ou des croquettes et une salade verte

boisson:le reste du vin blanc

09:36 Écrit par mamieguette dans cuisine,recettes et traditions | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/10/2010

le 3 novembre fête de Saint Hubert,...

Basilique à St Hubert Noel 1990.jpg

grand messe sonnée...superbe